Version imprimable
Recherche


 

ELIPS®
Hôpitaux Universitaires de Genève
rue Gabrielle Perret-Gentil 4
(ex - 24 rue Micheli-du-Crest)
1211 Genève 14
e-mail : elips.heart@hcuge.ch

Intégration de la maladie coronarienne dans la vie quotidienne

Reprise du travail

La plupart des patients retournent travailler dans un délai de 2 semaines à 3 mois. Une reprise à temps partiel ou une modification de votre activité professionnelle peut être judicieuse. Demandez conseil à votre médecin traitant ou à votre cardiologue

Droit de conduire

On recommande d’attendre de 1 à 4 semaines avant de se remettre au volant selon les cas. Si vous êtes conducteur de véhicules lourds ou transportant plus de huit passagers, la conduite automobile est interdite avant six semaines. Profitez de votre passage en réadaptation pour demander un avis spécialisé.

Voyager en avion/altitude

Il est déconseillé de prendre l’avion ou d’aller en altitude (>1500 mètres) les 4 premières semaines ou si votre maladie n’est pas stabilisée.

Rapports sexuels

Lorsque vous êtes capable de vous promener d’un bon pas sans problème, vos devriez pouvoir reprendre une activité sexuelle normale. Si vous ressentez des douleurs pendant l’acte, n’avez plus envie ou appréhender les relations sexuelles, parlez-en à votre médecin traitant ou votre cardiologue. Attention : Si vous suivez un traitement à base de nitrés l’utilisation de certains médicaments traitant les troubles de l’érection (Viagra® ou autre produit analogue) est contre-indiquée, car elle peut provoquer des hypotensions artérielles graves.

Réactions psychologiques associées à l'infarctus 

Vous venez de vivre un événement cardiaque. Il est fort probable que vous, votre famille et vos amis ressentiez une inquiétude. Cela est tout à fait normal.
La maladie est un événement perturbant ce qui peut amener toutes sortes de sentiments et de réactions : stress, colère, révolte, impuissance, solitude, découragement, craintes pour l’avenir, peur de mourir… Une autre tendance est de faire comme si rien n’était arrivé ou bien d’en minimiser l’importance.

Parlez-en ! N’hésitez pas à nous poser vos questions et à partager vos craintes et vos sentiments… Ceci s’adresse autant à vous qu’à votre entourage. C’est l’occasion d’amorcer une réflexion sur vos priorités, vos habitudes et de prendre un nouveau départ pour améliorer votre qualité de vie.

Si vous avez des difficultés à fonctionner ou à remonter la pente, il est possible que vous ayez besoin de soutien. Surtout n’attendez pas, consultez.

Dernière modification le 23/09/2010